A la bella poutina !

Début de saison tardif pour une poutine qui n’est pas encore apparue sur les marchés. Mais comme cela ne saurait tarder, quelques recettes pour amateurs.

   

Les gourmands choisissent leur recette en fonction de la taille de la poutine. Les amateurs préfèrent la       déguster crue arrosée seulement d’un trait de citron et d’un filet de d’huile d’olive lors des premières pêches. On la préparera  en beignet, lorsqu’elle est encore petite, puis en omelette, et enfin  pochée en fin de saison, lorsqu’apparaît sur le dos la première ligne d’écaille.

Important pour les beignets : oubliez l’ail qui dénature le gout délicat de ce met incomparable.

On ne lave jamais la poutine. On se contente d’enlever les algues qui pourraient s’y trouver mêlées.

 

Les trois recettes ci-dessous sont prévues pour une entrée de quatre personnes.

A déguster avec un bon vin blanc de Villars ou de La Gaude.

En début de saison : Les beignets de poutine

Versez dans un saladier 200 grammes de farine et incorporez  3 œufs  avec 6 cuillerées de bière glacée, jusqu’à obtenir une pâte pas trop épaisse. Ajoutez sel, poivre, 3 brins de persil finement ciselés, puis 300 grammes de poutine bien triée.

Cuisez de petits beignets, par 2 ou 3, quelques minutes en retournant à mi-cuisson, dans l’huile bien chaude. Égouttez sur du papier torchon. Dégustez chaud avec un jus de citron.

En milieu de saison : L’omelette de poutine.

Battez 6 œufs avec trois cuillerées d’eau et deux brins de persil haché fin. Salez et poivrez.

Incorporez délicatement 300 grammes de  poutine.

Faites chauffer l’huile dans une poêle, verser le mélange et laissez cuire à feu doux.

Dégustez arrosé d’un filet de citron.

En fin de saison : La poutine pochée en salade

En fin de saison, et lorsque votre poutine sera plus grosse, préparez un court bouillon avec thym, ail, poivre en grain. Lorsqu’il est bien infusé, retirez les aromates, blanchissez 300 grammes de poutine avec celui-ci et égouttez.

Assaisonnez de citron, sel, poivre, et huile d’olive.

Un règlement européen a interdit la pêche à la poutine en 2004 mais les  pêcheurs ont pu démontrer démontré que 80 % des alevins présents au moment de la pêche disparaîtraient de toute manière de mort naturelle, et elle est à nouveau autorisée.

Cette pêche très réglementée est soumise aux caprices du temps. Elle est interrompue dès que les poissons commencent à avoir des écailles.

La pêche à la poutine est exclusivement autorisée à Antibes, Cros de Cagnes, Nice et Menton.

La poutina est l’alevin de la sardine. Il prend au fur et à mesure de son développement le nom de poutina, rafanela, palaièta, et enfin, sardina